Acial teste son LBO primaire

L'ESN parisienne spécialiste du test logiciel, forte de 22 M€ de revenus, accueille lors d'un LBO majoritaire Alliance Entreprendre et Bpifrance, pour se lancer dans la croissance externe.

« En tant que pure player du marché du test logiciel, affichant une croissance de 15 à 20 % ces dernières années, Acial aurait pu se voir offrir une place de choix au sein d’un acteur international », déclare Yoann Roussel, managing partner au sein de Crescendo Finance. La banque d’affaires n’a en effet pas manqué d’offres pour l’ESN, née en 1998 et engendrant de 22 M€ de revenus l’an passé. Mais, Petros Mavrocordatos et Mohamed Hassen, ses deux managers associés, ont finalement retenu l’option de la consolidation de leur marché, à savoir lancer dès cette année une politique « agressive » de build-up. Pour ce faire, ils ont décidé de faire entrer, à l’occasion d’un LBO majoritaire, Alliance Entreprendre, devenu actionnaire de référence, ainsi que Bpifrance. Une dette à l’effet de levier raisonnable, levée auprès de Crédit du Nord et de HSBC, a complété le montage. Le troisième fondateur, Pierre de Rauglaudre, en a profité, lui, pour sortir intégralement. « Les équipes d’Alliance Entreprendre faisaient preuve d’un bon compromis, à la fois dynamiques mais surtout à l’écoute du management, sans imposer leur stratégie. Au vu de la taille du projet, Bpifrance, avec qui ils ont souvent collaboré, offrait pour sa part beaucoup de réseaux », résume Yoann Roussel.

Marché en pleine croissance

Revendiquant une croissance de 10 % chaque année depuis sa création, Acial, basé à Paris, s’est spécialisé dans le test fonctionnel et de performance, l’automatisation, l’audit et le conseil en stratégie de test, ainsi que des certifications et des formations aux métiers du test. Des niches dans lesquelles l’ESN souhaite désormais se renforcer, mais aussi cibler des activités complémentaires. « C’est un marché très actif, en pleine croissance et qui est en train de se consolider, à l’image de StarDust Testing, qui a rejoint récemment l’américain CTG (lire ci-dessous), poursuit le conseil. Il y a donc beaucoup d’acteurs, qui cependant ne sont pas tous vendeurs. » La PME, qui salarie aujourd’hui 300 personnes réparties à travers cinq antennes en France et en Suisse, pourrait aussi viser à se déployer dans d’autres zones géographiques en Europe.

Par Rodolphe Langlois

 

https://www.cfnews.net/L-actualite/LBO/Operations/LBO/Acial-teste-son-LBO-primaire-333180

Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur email